(Télé)Consultations ? Possibles en cette période de deuxième confinement !

Confrontés à l’épidémie et à la délicate question de l’organisation des soins, les patients peuvent continuer à bénéficier d’un suivi et être reçus en consultation ou en téléconsultation. Deux choses essentielles à retenir. 

Image

LES RENDEZ-VOUS

  • Les médecins assurent actuellement une continuité des soins, si besoin en utilisant la téléconsultation, afin d’éviter des arrêts de suivi et de traitements (qui avait été un problème majeur lors de la 1ère vague).
  • Le suivi des patients atteints de maladies chroniques, en particulier des maladies lymphatiques et érysipèle, artérielles et thrombo-emboliques, est maintenu.
  • Toutes les urgences peuvent être traitées, des créneaux horaires étant maintenus disponibles.
Image

LES MESURES D'HYGIÈNE

  • Les masques sont bien sûr obligatoires pour tous, patients et médecins et doivent impérativement recouvrir tout le bas du visage (nez et bouche).

  • Sur place, le patient doit se nettoyer les mains avec du gel hydroalcoolique (distributeur sans contact mis à sa disposition dans l’entrée).

  • Des créneaux horaires spécifiques sont reservés aux personnes présentant des symptômes à la COVID19.
Bon à savoir

Les cabinets médicaux, les services hospitaliers et les cliniques ont mis en place des mesures d'hygiène et des mesures de protection individuelle fortes. Les médecins veillent à ce qu'un minimum de patients se croisent dans le cabinet et surtout se côtoient le moins possible en salle d'attente.

Les médecins protègent impérativement leurs patients, pour eux-mêmes et pour éviter qu'ils ne transmettent l’infection. C'est le but des mesures gouvernementales drastiques prises. Dans cet objectif, ils désinfectent le matériel utilisé après chaque patient ainsi que tout ce qui a été en contact avec lui : poignées de porte, tables d'examen, stéthoscope et tout objet touché par les patients (robinets, sanitaires) sont désinfectés plusieurs fois par jour tout comme la salle d’attente (aération des locaux plusieurs fois par jour).

Image
© 2018-2020 - PFL - Partenariat Français du Lymphoedème