L’équipe du Partenariat français du lymphoedème propose de vous aider lors de ce nouveau confinement afin de maintenir votre lymphoedème le plus stable possible. Nous en profitons pour rappeler que le sentiment de lassitude qui survient chez les patients atteints d’une maladie rare et chronique est normal et les baisses de moral, sans surprise. Cependant, en s’appuyant sur des professionnels de santé, des associations de patients, sur son entourage proche et en apprenant au fil du temps à compter aussi sur soi-même, on arrive à mieux cerner sa maladie, à mieux accepter sa situation et à mieux la vivre. Place aux astuces qui donnent un coup de pouce au quotidien !

Image
LE SPORT

LE SPORT

Pratiquer une activité physique ou sportive même intensive, oui, à condition qu’elle ne suscite pas de douleur et de préférence en portant sa compression car elle stimule la circulation lymphatique et prévient le lymphœdème.


Marche, course à pied, vélo… si vous ne faisiez pas de sport avant le confinement, commencez progressivement, une fois ou deux par semaine pour débuter. Une fois ce rythme adopté, essayez d’augmenter et la fréquence et la durée de l’activité choisie. Gardez en tête que cette activité est un moment pour vous, une parenthèse de bien-être, une bulle d’oxygénation bénéfique.

AUTO DRAINAGE

Auto-drainage

Prendre du temps pour soi, c’est se faire du bien. Pour que les drainages soient efficaces, ce temps-là est nécessaire une à plusieurs fois par semaine, selon nos disponibilités.
L’idéal est de pratiquer des auto-drainages (si vous ne savez pas en pratiquer, des massages) à raison de 2 à 3 fois par semaine. Mais si cette cadence est difficile à tenir au début, commencez une fois par semaine. Peu à peu, ce geste deviendra rituel et s’installera dans votre quotidien. Vous pourrez alors passer à deux et peut-être même trois séances de soins hebdomadaires.
Pour être efficace, un auto-drainage doit durer en moyenne 20 minutes. Mais là aussi, écoutez-vous. Si au bout de dix minutes, vous avez envie ou besoin de vous arrêter, soyez indulgent avec vous-même et considérez que c’est déjà un bon début. La prochaine fois, peut-être que l’auto-drainage durera un peu plus longtemps !

L'alimentation

L'alimentation

Lors du premier confinement, vous étiez 72,5% à avoir profité du confinement pour améliorer votre régime alimentaire, devenu plus équilibré. Ce réflexe est le bon !

En effet mieux vaut surveiller son poids car un excès peut aggraver votre lymphœdème. En outre, prendre du poids est un facteur de risque important d’apparition de lymphœdèmes secondaires après une chirurgie ganglionnaire. Une fois encore, il vous appartient de vous écouter et, sans culpabilité, de trouver le juste équilibre qui vous convient.

Les actualités du PFL

Regards croisés
08 octobre 2020

Rencontre avec Christine Ferrotti

1072
Rencontre avec Christine Ferrotti, atteinte d’un lymphœdème primaire, bénévole à l’Association Vivre Mieux le Lymphœdème (AVML) et déléguée régionale Alsace-Lorraine.
Actualités
08 octobre 2020

Interview de Marlène Coupé, médecin vasculaire

784
Laurence Delaporte a rencontré pour le PFL, Marlène Coupé, médecin vasculaire depuis 1984 investie au sein de l'AVML auprès des personnes atteintes de lymphoedème. L'occasion de faire un point lors du 19e congrès de la Société Française de Médecine Vasculaire…
Actualités
30 septembre 2020

Interview de Marie-Antoinette SEVESTRE, présidente de la SFMV

514
Fraichement élue présidente de la Société française de médecine vasculaire, le professeur Marie-Antoinette Sevestre a accepté de répondre aux questions de Laurence Delaporte pour le PFL lors du 19e congrès de la SFMV de Bordeaux le 18 septembre dernier.
Regards croisés
07 septembre 2020

Rencontre avec Eléonore Piot

1224
Patiente-experte et présidente de l'association LymphoSport, Eléonore Piot se bat contre la maladie depuis dix ans pour elle mais aussi pour de nombreux patients. Rencontre étonnante avec une femme déterminée.
© 2018-2020 - PFL - Partenariat Français du Lymphoedème