Le lymphœdème

Lymphœdème

Définition

Un lymphœdème est un gonflement d'une partie plus ou moins importante du corps à la suite d'une accumulation de liquide lymphatique dans les tissus conjonctifs.

Il existe deux types de lymphœdèmes :

  • Le lymphœdème primaire est une malformation du système lymphatique sous forme d'hypoplasie ou d'hyperplasie. Ce type de lymphœdème est cependant rare. Il peut se déclencher de manière spontanée ou à la suite d'un facteur déclenchant (traumatisme, infection, etc.).
  • Le lymphœdème secondaire est une dégradation du système lymphatique, c'est-à-dire lorsqu'un système lymphatique auparavant normal est endommagé. Les causes peuvent être de nature chirurgicales, infectieuses, chimiothérapeutiques, tumorales, iatrogène, etc.

Il ne doit pas être confondu avec un œdème résultant d'une insuffisance veineuse ou d'autres causes (allergie, choc anaphylactique).

Image

Localisation

Il concerne souvent des membres (bras ou jambes), pieds, mains Il peut se produire également dans d'autres parties du corps comme le cou, le dos, l'abdomen, les organes génitaux ou les seins.

Les causes

Dans les pays développés, une des causes les plus fréquentes de lymphœdème secondaire est le curage des ganglions situés au niveau axillaire dans le traitement chirurgical du cancer du sein. Le traitement d'un sarcome mixoïde du membre inférieur engendre la même conséquence notamment du fait de l'ablation de tout ou partie de l'élément du corps contenant la tumeur et du curetage ganglionnaire, entraînant un dysfonctionnement du système lymphatique plus ou moins important selon le curetage.

Ce lymphœdème, appelé lymphœdème secondaire du membre supérieur ou inférieur, est une complication sévère et invalidante du traitement chirurgical notamment du cancer du sein et du sarcome des tissus mous

Les stades

Stade I : l'œdème est spontanément réversible.

Stade II : l'œdème est spontanément irréversible. Il ne régresse pas sans traitement approprié et l'œdème tend à s'organiser. Le risque d'infection est augmenté et favorise l'évolution vers un stade III.

Stade III : également appelé éléphantiasis, l'œdème peut devenir massif. Les infections sont fréquentes et la peau devient foncée.

Examens complémentaires et traitements...

Il s’agit essentiellement d’un traitement de kinésithérapie associant DLM (drainage lymphatique manuel) et bandages réducteurs dans un premier temps puis orthèses de compression.

Ce traitement aura pour objectifs de :

• Faire diminuer le volume du membre,
• Retrouver sa mobilité,
• Empêcher les complications.

Les moyens :

• Des drainages lymphatiques manuels quotidiens ou rapprochés,
• Des mobilisations tissulaires,
• La pose de bandages réducteurs,
• Une gymnastique sous bandages,
• Une mise en place de conseils d’hygiène de vie personnalisés.

Examens complémentaires et traitements...

Le traitement médical consiste à traiter les complications infectieuses, mais également les affections associées au lymphœdème. Il n’y a pas actuellement de médicament spécifique du lymphœdème.

Le traitement chirurgical est très limité et consiste en :
• Résection de verrues lymphatiques à l’origine de lymphorrhées, qui sont elles-mêmes des sources d’infection
• Résection d’excédent cutané après réduction par kinésithérapie et bandages et qui gêne la mise en place d’une orthèse de compression
• Des techniques microchirurgicales, comme la transplantation ganglionnaire encore en cours d’évaluation.

Quelques conseils

• Les sources de chaleur importante : soleil, bain chaud, sauna, cheminée, radiateur, four…;
• Les agressions mécaniques et potentiellement infectieuses : piqûres d’insecte, coupures, griffures, rosiers, ronces…;
• De porter des sous-vêtements ou des vêtements trop serrés qui compriment et rendent inefficaces le système lymphatique conservé (bretelles, baleines de soutiens-gorges,...) ; en cas de lymphoedème du membre supérieur, éviter les sacs en bandoulière du côté atteint de même que les sacs à dos et les bijoux trop serrés.
• La manipulation des produits toxiques, agressifs, allergisants;
• Les mycoses;
• Les efforts violents et la pratique de sports traumatisants ; par exemple en cas de lymphoedème du membre supérieur, pour le bras, l'épaule (tennis, golf, volley, ...);
• La station debout ou assise prolongée, éviter de rester accroupi , les genoux pliés ou croisés;
• Les activités domestiques impliquant des efforts intensifs répétés (par exemple, en cas de lymphoedème du membre supérieur, le nettoyage intensif des vitres ou le tricot n'est pas conseillé);
• le port de charges lourdes;
• La prise de poids, car elle entraîne une augmentation de l’œdème ainsi qu'un engraissement de celui-ci, le rendant beaucoup plus difficile à traiter;
• Le stress inutile.

ATTENTION :

• Ne jamais faire de bandage ou de drainage lors d'une poussée d’érysipèle.
• Interdire toute piqûre, injection sur le membre atteint.
• Interdire la prise de tension artérielle sur le membre portant l’œdème.

© 2018-2020 - PFL - Partenariat Français du Lymphoedème