Xavier Lavaill, diététicien au CHU de Montpellier

    Xavier Lavaill, 46 ans, travaille dans le département des maladies vasculaires rares du CHU de Montpellier. Il rencontre les patients atteints d’un lymphœdème, leur apporte son aide et les conseille. Rencontre.

    Il enchaine les visites. Et plusieurs fois par jour, le diététicien dévale l’escalier reliant le rez-de-chaussée au premier étage qui correspond à l’hospitalisation de semaine et à l’hospitalisation complète. Xavier Lavaill est diététicien. Il travaille au sein de l’hôpital Saint-Eloi de Montpellier depuis quinze ans. Aujourd’hui, il intervient dans le service de médecine vasculaire mais aussi en médecine interne et complications somatiques des addictions, sur la réanimation digestive et dans le service de lymphologie. « Les profils de patients sont très variés, surtout en vasculaire où les pathologies peuvent être différentes », explique t-il. C’est là, dans le service du docteur Sandrine Mestre qu’il organise un atelier collectif fixe d’une heure tous les mercredis. « Je travaille sur l’équilibre alimentaire avec les patients qui sont là sur la semaine pour les traitements intensifs, raconte Xavier. En traitement intensif, je ne les vois qu’une seule fois mais quelques fois je les revois d’une année à l’autre, d’un traitement à l’autre, puisqu’ils viennent ici une fois par an. Je vois également les patients qui sont hospitalisés en médecine vasculaire complète. J’ai leur dossier médical, je les vois une fois ou plus s’ils ont besoin que j’affine certaines données et certains points précis de leur équilibre alimentaire.

    Xavier Lavaill, diététicien au CHU de Montpellier
    Xavier Lavaill, diététicien au CHU de Montpellier

    Mon premier objectif est de les conseiller en matière d’équilibre alimentaire. Mais je casse aussi les idées reçues, lues à droite à gauche, sur internet, les réseaux sociaux et qui n’ont aucune valeur scientifique. Ainsi, de fausses idées circulent notamment sur le gluten, le lactose ou les matières grasses (manger sans…). En réalité, il n’y a aucune recommandation française qui va dans ce sens. Je pars donc de ce constat puis je leur explique ce que signifie privilégier un équilibre alimentaire en parlant des dernières recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS).

    Je n’aime pas faire de cours magistral. Je préfère échanger avec les patients. Le fait qu’ils soient plusieurs lors des ateliers favorise une bonne interaction. Les échanges s’enrichissent au fil de la discussion.

    Xavier Lavaill
    Xavier Lavaill, diététicien au CHU de Montpellier : Alimentation et activité physique sont indissociables pour perdre du poids

    Dans les petites semaines, il peut y avoir trois patients et parfois je peux en avoir sept, lorsque des parents accompagnent leurs enfants. Lorsque je m’adresse à un patient atteint d’un lymphœdème, mon discours est ciblé : il faut manger varié et équilibré - mais je dirai que c’est valable pour tout le monde ! - et limiter la prise de poids. Les personnes en surpoids doivent essayer d’en perdre un peu en mangeant mieux mais, surtout, j’insiste sur l’activité physique. L’un (l’alimentaire) sans l’autre (bouger davantage), ce n’est pas assez efficace. Quelle que soit l’activité, sportive, jardinage, bricolage ou la marche tout simplement, faire bouger son corps est bon. Comme je l’ai déjà dit, c’est valable aussi pour les personnes en bonne santé. Je commence donc par poser les bases puis j’incite les patients lorsqu’ils ont besoin d’enclencher la démarche, à être suivi par un diététicien à l’extérieur. Parce que seul, c’est compliqué de trouver le bon rythme. Accompagné, suivi lors de plusieurs séances rapprochées, au début tout du moins, le patient arrive à (re)trouver du plaisir à manger équilibré. Ce n’est pas en m’ayant vu une fois que ça va suffisamment les aider. Car il faut bien se dire que manger équilibré, ce n’est pas l’affaire d’un mois. Ni de plusieurs semaines. Ce n’est pas faire un régime. Non, manger bien, c’est équilibrer du mieux possible ses repas tout au long de sa vie, martèle le diététicien.

    Xavier Lavaill, diététicien au CHU de Montpellier / conseils du diététicien

    « L’équilibre alimentaire se calcule sur la semaine. C’est important de pouvoir se faire plaisir, sachant qu’on a toute la semaine pour équilibrer ses repas. L’idée est de ne pas être trop strict avec soi-même au risque de tomber dans la frustration. Ce qui est bien pire. Il y a un moment où on en a marre de faire attention et on fait n’importe quoi. Et, là, on obtient l’effet inverse. »

    Le repas idéal


    • beaucoup de légumes, au moins la moitié de l’assiette
    • une portion de féculents
    • protéines animales ou végétales (légumineuses sèches : lentilles, haricots rouges, blancs, soja…)
    • un produit laitier : soit un laitage soit un morceau de fromage
    • un fruit
    • de la matière grasse pour cuisiner

    Les desserts

    Comme le fromage est très salé, il fait partie des aliments qu’il vaut mieux limiter. Mais l’équilibre alimentaire se faisant sur la semaine entière, on peut alterner. On s’offre du fromage deux fois de suite, puis on en mange beaucoup moins voire plus du tout les autres jours de la semaine. C’est la même chose pour les pâtisseries. On peut se faire plaisir de temps en temps, deux fois par semaine par exemple, mais pas davantage. Et question de bon sens, on évite de cumuler trop de fromage et de desserts sur une même semaine car il y aura excès.

    Les boissons

    Les boissons : le « moins on boit d’alcool, le mieux c’est !»

    L’alcool apporte des calories « creuses » qui n'apportent rien à notre organisme.

    Le mieux c’est l’eau ! C’est la seule boisson indispensable.

    Au moins 1 litre et demi par jour.

    Entretien réalisé par Laurence Delaporte - Mars 2023

    Les actualités du PFL

    Regards croisés
    12 février 2024

    Regards croisés avec Thierry Py

    1038
    Dernière rencontre de notre série avec Thierry, atteint de lymphoedème sur les 4 membres et ses deux enfants qui ont aussi un lymphoedème.
    Regards croisés
    05 février 2024

    Rencontre avec Céline, maman de Sonia

    1367
    Dernier épisode de notre série de rencontres avec les parents d'enfants souffrant de lymphoedème. Rencontre avec Céline, maman de Sonia suivie à Cognacq-Jay.
    Regards croisés
    05 décembre 2023

    Regards croisés avec Julien

    2143
    Clotilde et Julien habitent à Jacou, dans l’Hérault. Leur fille Manon a 15 ans et leur fils Baptiste en a 11. Ce dernier est atteint comme son papa d’un lymphœdème bilatéral sur les membres inférieurs mais aussi sur les mains...
    Regards croisés
    29 novembre 2023

    Regards croisés avec Aurélie Rihn

    1394
    David et Aurélie ont deux enfants : Noa et Ellie a 10 ans.Tous les deux sont atteints d’un lymphœdème sont suivis à l’hôpital de Cognacq-Jay à Paris...
    © 2018-2024 - PFL - Partenariat Français du Lymphoedème