Lymphœdème : les traitements en perspective

Dans un premier temps, les traitements proposés consistent en des séances de kinésithérapie. Des drainages lymphatiques manuels associés à de la pressothérapie et à des bandages réducteurs sont proposés aux patients. Parallèlement, des orthèses de compression sont prescrites. Ce traitement a trois objectifs distincts : faire diminuer le volume du membre du patient ; que ce dernier retrouve sa mobilité ; limiter les complications.

Les 5 moyens mis en place par les kinésithérapeutes

  • Des drainages lymphatiques manuels quotidiens ou rapprochés
  • Des mobilisations tissulaires
  • La pose de bandages réducteurs
  • Une gymnastique effectuée sous bandage
  • La mise en place de conseils personnalisés d’hygiène de vie

Dans un deuxième temps, l’objectif est de stabiliser le volume du membre, d’éviter les récidives pour que le membre retrouve une fonction normale. Cela passe par des drainages lymphatiques manuels de plus en plus espacés et le port d’une orthèse de compression adaptée de type bas, collant, manchon. Cette dernière sera renouvelée régulièrement sous la surveillance d’une équipe spécialisée. Dans la majorité des cas, ces orthèses doivent être réalisées sur-mesure, ces mesures étant prises par des orthésistes ou des pharmaciens-orthésistes formés.

Le traitement médical

Il traite lui les complications infectieuses mais également les affections associées au lymphœdème.

Actuellement, il n’y a pas de médicaments spécifiques pour traiter les lymphœdèmes. Des formes très précises de lymphœdème primaire peuvent bénéficier d’un traitement par Sirolimus après évaluation et surveillance dans les centres de références et de compétences.

Le traitement chirurgical

Il est limité et consiste, selon les cas, en 4 opérations.

  • L'ablation de verrues lymphatiques à l’origine de lymphorrhées, elles-mêmes sources d’infection.
  • La résection d’excédent cutané, qui peut géner le port d’orthèse de compression. Cette opération s’effectue après réduction par kinésithérapie et bandages.
  • La lipoaspiration de l’excédent graisseux effectuée après avoir suivi un traitement réducteur par bandages rigoureux et évalué par IRM.
  • Certaines techniques micro-chirurgicales comme la transplantation ganglionnaire et la réalisation d’anastomoses lympho-veineuses sont en cours d’évaluation.
© 2018-2020 - PFL - Partenariat Français du Lymphoedème